Annuaire || Annuaire métiers || Santé || Médecins

L'annuaire inversé des médecins : gynécologie-obstétrique

3.390 médecins en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : médecins

Annuaire inversé : Médecins

Si vous êtes une femme, la visite gynécologique s’impose. Quel professionnel choisir ? Un gynécologue près de chez vous ? L’annuaire inversé vous donne la liste de tous les gynécologues-obstétriciens dans votre ville ou votre région…

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Mon bébé ne connaît pas la crise… Et pourtant les gynécologues de ville se font de plus en plus rares en France. Zoom sur cette profession spécialisée dont la demande croissante est collatérale au baby-boom national!

Une des plus fortes caractéristiques de la différenciation homme/femme est la capacité féminine à mettre au monde un enfant, un parcours parfois difficile, surtout avec l’augmentation de l’âge moyen de procréation et cela malgré la baisse du taux de mortalité lors de l’enfantement dû aux progrès de la médecine qui revendique désormais un accouchement « sans douleur » et une pratique maîtrisée de la césarienne. Traitements contre la stérilité, péridurale, exercices respiratoires, haptonomie… Tout est mis en œuvre pour donner la vie.

Gynécologue, un métier dédié aux femmes...

C’est en effet, comme chacun le sait, dans l’utérus que le fœtus se développe pour devenir un bébé. Ce processus de reproduction humaine est très complexe et, malgré l’évolution de la science, nombre de phénomènes liés à la grossesse et à son évolution demeurent à risques. Le corps de la femme exige donc des soins spécifiques ; d’où l’intervention du gynécologue qui assure le suivi très médicalisé de la grossesse, ou qui intervient en amont de manière plus générale afin de conseiller un mode de contraception ou son arrêt, de permettre le dépistage précoce de cancers, notamment celui du cancer du col de l’utérus ou du sein.

Le gynécologue examine le corps de la femme, il est le garant de sa bonne santé intime : contrôles réguliers à l’aide de prises de sang, frottis ou d’examens radiologiques. Que ce soit pour la prescription de contraceptifs, pour la consultation de maladies diverses liées à l’appareil génital féminin, la prévention des MST, le dépistage du cancer, ou pour les troubles liés à la ménopause, chaque femme doit consulter ces médecins.

Les gynécologues-obstétriciens de plus en plus rares..

Il existe une spécialité médicale afin de former ces professionnels de la surveillance de la grossesse et du bon déroulement de l'accouchement : c’est la gynécologie obstétrique. Juste après le test (positif) de grossesse, c’est le parcours du combattant, ou plutôt de la combattante : inscription dans une maternité et choix du ou de la gynécologue (si pas encore défini). Question de confiance et d’expérience, la relation entre la future maman et le professionnel de la santé au féminin s’inscrit dans un processus truffé de passages obligés comme l’échographie et éventuellement l’amniocentèse si la femme enceinte dépasse les 38 ans.

Ces examens sont loin d’être une partie de plaisir, et pourtant hautement recommandés, sinon obligatoires, afin que la grossesse se passe le mieux possible, en écartant tout danger de malformation par exemple, ou d’accouchement prématuré. Il en résulte d’excellents résultats, un taux de mortalité toujours en baisse, bien que notre société soit actuellement confrontée à des problèmes de fertilité dus à l’environnement et aux divers produits chimiques ingurgités chaque jour.

Des spécialistes sont préparés à suivre ce genre de cas ; on trouve les plus brillants à Paris même s'ils se font de plus en plus rares en ville malgré une demande croissante liée au baby-boom que connaît tout l'hexagone. Une situation paradoxale qui n’est pas prête de s’arranger car, d’après le ministère de la Santé, la France va manquer de gynécologues…