Annuaire || Annuaire métiers || Santé || Médecins

L'annuaire inversé des médecins : cardiologie, maladies vasculaires

2.119 médecins en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : médecins

Annuaire inversé : Médecins

Au cœur de la médecine, le cardiologue joue un rôle préventif capital et aide à soigner par des traitements adaptés les affections de l’appareil cardiovasculaire : hypertension artérielle, embolie pulmonaire…

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

« Tu me fends le cœur… ». Marcel Pagnol n’aurait pu trouver une meilleure réplique pour décrire le quotidien du médecin cardiologue. Spécialistes de notre bien le plus précieux, plus de 5000 cardiologues exercent en France.

Au fond, si nous pouvions choisir notre mort, nous aimerions tous qu’elle se produise en fin de vie par arrêt cardiaque et non suite à un terrible accident ou une maladie. En revanche, si nous pouvions choisir justement, nous aimerions que cela se produise effectivement EN FIN DE VIE  et non de manière impromptue en laissant nos familles dans la tristesse et l’incompréhension.

Sur le site de la Société Française de Cardiologie, ou SFC, vous pouvez trouver de nombreux articles concernant l’évolution de la profession et les symptômes des maladies cardiovasculaires. Si vous recherchez un médecin cardiologue, retrouvez grâce à l’annuaire inversé les coordonnées du professionnel le plus proche de votre domicile.

Première cause de mortalité en France, les maladies cardiovasculaires ne sont pas à prendre à la légère. Petit retour sur une profession qui nous tient tous à cœur…

Cardiologie : le cœur a ses raisons

La cardiologie regroupe toutes les activités visant à mieux comprendre l’activité de l’appareil cardiovasculaire, c’est-à-dire le cœur, mais aussi les vaisseaux. Pour le médecin cardiologue, le cœur a son vocabulaire : hypercholestérolémie, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle, péricardite, embolie pulmonaire… Son rôle est de soigner les troubles cardiaques de ses patients ou d’en prévenir les causes. C’est le cas notamment en matière de cholestérol.

Même si le médecin généraliste est bien souvent le médecin de référence, le cardiologue peut proposer des traitements plus adaptés. Le cardiologue connaît parfaitement les facteurs de risques : tabagie, excès de cholestérol, diabètes, antécédents, surpoids… et il peut prévenir certaines maladies cardiovasculaires s’il intervient suffisamment en amont. C’est souvent d’ailleurs pour la qualité reconnue de ses expertises que les médecins généralistes ou les nutritionnistes renvoient leurs patients vers ce spécialiste.

Souvent, le cardiologue établit avec vous un calendrier en vue de pratiquer un bilan complet régulier dont la fréquence dépend bien entendu des symptômes constatés. Il propose également des soins intensifs le cas échéant ou de simples mesures de précautions hygiéno-diététiques. Rappel  fondamental : en cas de douleurs thoraciques se propageant à votre bras gauche ou à la mâchoire, oubliez le médecin, qu’il soit généraliste ou cardiologue, et composez immédiatement le 15.

Le cœur sous examen

Pour dénicher les anomalies cardiovasculaires, les cardiologues pratiquent différents types d’examens : palpations du pouls, électrocardiogrammes, échocardiographies, scanners coronaire, calculs de rapport entre la pression artérielle aux chevilles et au bras pour analyser la circulation du sang dans l’organisme... Il y a aussi la célèbre épreuve d’effort pour anticiper les risques d’infarctus en fonction de la réaction des artères coronaires.

Plus la lésion est détectée tôt plus le patient a des chances d’éviter une attaque mortelle. C’est un fait, plus de la moitié des infarctus interviennent sans prévenir !

En clinique ou dans les hôpitaux, le cardiologue a des horaires irréguliers et peut être conduit à effectuer des gardes ou des astreintes. En tout cas, la profession n’est pas en crise. Le cœur est toujours un domaine porteur non seulement pour les missions des cardiologues mais aussi dans le cadre de leurs travaux de recherches pour des organismes universitaires, pour l’enseignement, ou pour l’industrie pharmaceutique notamment.

Avec près de 4.000 euros par mois au début et 7.000 euros en fin de carrière, cela peut inciter les jeunes médecins à se spécialiser en cardiologie.