Annuaire || Annuaire métiers || Santé || Laboratoires d'analyses de biologie médicale

L'annuaire inversé des laboratoires d'analyse médicale

3.997 laboratoires d'analyses de biologie médicale en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : laboratoires d'analyses de biologie médicale

Annuaire inversé : Laboratoires d'analyses de biologie médicale

Plus de 45.0000 personnes sont employées en France dans des laboratoires d’analyses de biologie médicale. N’oubliez pas votre petit flacon!

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Les laboratoires de biologie médicale, ou LBM, sont couramment nommés laboratoires d’analyse médicale. Intime avec les lieux? Vous parlez alors sans doute de labo! Quelques prises de sang et votre santé est mise à nue.

Il n’y a pas vraiment d’âge pour faire ses premiers prélèvements sanguins dans un laboratoire d’analyse de biologie médicale. En cas de doute sur l’origine d’une pathologie, le médecin peut vous diriger vers le laboratoire. Vous pouvez aussi décider sans ordonnance de soumettre votre bras à un laboratoire pour vérifier certains points de santé. En cas de rapport non protégé, par exemple, le laboratoire peut vous ôter quelques angoisses. Idem au moment de contrôler votre glycémie ou votre cholestérol.

Les laboratoires d’analyses prélèvent et examinent les fluides biologiques non seulement des humains mais aussi des animaux. Les biologistes médicaux interprètent alors les résultats et donnent leur premier diagnostique. Si vous cherchez un laboratoire d’analyse près de chez vous, fiez-vous aux données de l’annuaire inversé qui travaille pour vous à 100%. Avant d’aller confier votre bras, un morceau de votre peau ou vos urines, petit zoom sur la profession.

Les laboratoires d’analyses de biologie médicale : publics ou privés ?

Les laboratoires d’analyses médicales publics se trouvent dans les CHU ou les CHR. Ils peuvent également relever des Caisses Primaires d’Assurance Maladie qui gèrent les centres d’examen de santé. Privés, les laboratoires sont polyvalents et ouverts au public ou réalisent des analyses rares pour le compte d’autres laboratoires. Plus de 4.000 laboratoires dans les villes et 45.000 personnes qui y travaillent. Le secteur privé représente près de 70% de la biologie médicale française.

Vous voulez vérifier votre taux de cholestérol, de glycémie, de triglycérides, votre PSA… ? Vous connaissez bien entendu la marche à suivre. Sauf exceptions mineures, la plupart des laboratoires d’analyses médicales prennent les patients sans rendez-vous. Ouverts tôt le matin, ils permettent aisément de venir à jeun et de passer avant d’aller au travail. Lorsque les prélèvements sont faits, vous êtes alors en possession d’un papier qu’il ne faudra pas perdre pour venir chercher les résultats. Normal, puisqu’ils sont personnels et ne peuvent être transmis à un tiers.

Les laboratoires d’analyses de biologie médicale : pour une prévention des risques infectieux

Travailler dans un laboratoire d’analyse médicale n’est plus un métier aussi rentable qu’autrefois. Le personnel subit les premières salves budgétaires gouvernementales visant à faire baisser les tarifs d’une profession longtemps protégée. La libéralisation de ce secteur conduit également les investisseurs étrangers à investir dans les laboratoires français. La rentabilité des activités sera-t-elle compatible avec la qualité des prestations ?

En attendant, il ne faut pas oublier que les laboratoires d’analyses sont sujets aux risques infectieux les plus divers contre lesquels ils doivent se prémunir. En manipulant les échantillons, les produits chimiques dangereux… le personnel est particulièrement exposé. La protection des laborantins entre aussi en compte dans les frais de fonctionnement. Si on ajoute les risques de glissades, de brûlures, de lombalgie… traditionnels dans les hôpitaux notamment, on comprend mieux la physionomie de ce métier où circulent les microbes et virus dans des petits tubes hermétiques.

En tout cas, les laboratoires d’analyse sont des institutions médicales au cœur du système de santé. Des analyses régulières, surtout dès la quarantaine, permettent d’anticiper efficacement de nombreux risques de santé (cancer de la prostate, diabète…). Cela vaut bien une petite piqûre, non ?