L'Annuaire inversé : renault

695 numéros de téléphone

Annuaire des marques : logo renault

Panorama d’une grande industrie française

Renault est né de la passion d’une famille pour l’automobile, faisant de son entreprise un pan du patrimoine de l’industrie Française, et aujourd’hui encore un de ses fleurons. Annuaire inversé tente de revenir au travers de cet article sur l’histoire de la légendaire enseigne Renault.

DES DEBUTS A GRANDE VITESSE

Dans les années 1890, la fratrie Renault se consacre toute entière à l’entreprise  familiale, qui connaît une activité prospère dans le secteur…du textile. Mais Louis Renault, le benjamin a une idée derrière la tête. Il aime l’automobile, enfin ce qu’elle est à l’époque, c’est-à-dire des voitures à cheval à peine motorisées. Doué cependant d’un vrai sens inventif, et de bonnes connaissances techniques, il parvient à modifier un chariot de l’entreprise en lui greffant un moteur à la respectable puissance d’un cheval vapeur, qui permet, au plus grand étonnement d’un ami de son père, de gravir les côtes alentours avec une quasi aisance. Ce dernier souhaite alors en faire l’achat ; c’est le début d’une nouvelle activité. Une voiture coute à l’époque 3000 Francs, soit le salaire d’un ouvrier pendant 10 ans, mais cette démarche devient rentable. Louis se consacre alors au développement technique, avec notamment l’invention de la boîte de vitesse à prise directe, en 1898, alors que ses deux frères, Marcel et Fernand gèrent l’administratif. Afin de gagner des parts de marché la nouvelle entreprise cherche déjà à se diversifier et entame le développement de taxis et de camions. Mais reste à amorcer une véritable notoriété de la marque ; et encore une fois, c’est Louis qui sera le moteur de la réussite, car il possède un autre talent, celui de pilote. Il décide alors d’engager la marque dans des courses automobiles, balbutiantes à l’époque, mais déjà très populaires : les gènes sportifs de Renault prennent ici leur source. Et les succès sont au rendez-vous, dont Paris-Trouville et Paris-Toulouse en 1899, Paris-Viennes (Isère), en 1902, ou le grand prix de l’Automobile-club de Dieppe, en 1913. Mais un an plus tard, c’est la guerre. Renault contribue à l’effort national en fabriquant des munitions et des chars.

    L’entre-deux guerres verra l’entreprise poursuivre son extension, devant cependant faire face à une concurrence qui s’organise, et pour cela se diversifier encore, en fabriquant notamment des tracteurs et des petites automobiles à faible coût. Renault développe aussi son réseau de distribution et s’étend à l’international. La marque fabrique aussi de prestigieux modèles dont la fameuse Suprastella, de plus de 5m de long, avec son 8 cylindres en ligne lui permettant d’atteindre les 150 Km/h.

Cependant l’histoire de Renault sera marquée par un épisode tragique et trouble. Alors que les Allemands ont interdit la production de véhicules pendant le seconde guerre mondiale, des camions continuent à sortir des chaines du groupe, à leur bénéfice. A la libération cet acte restera dans les mémoires et Louis Renault, considéré comme un collaborateur sera arrêté et conduit en prison. Il y mourra avant son procès. L’autopsie révélera que sa nuque fut brisée. L’hypothèse d’un meurtre ne sera jamais affirmée. L’ensemble de l’appareil de production de la marque est alors saisi par le gouvernement provisoire et nationalisé : c’est la naissance de la « Régie nationale des usines Renault ».

     Dans les années 50, puis 60, l’histoire de Renault continue donc à se confondre et refléter l’histoire de la France et des Français. Des modèles emblématiques apparaissent et fleurent bon les premiers congés payés, comme la 4cv, puis la R8, dont le préparateur Amedé Gordini fera une déclinaison sportive, parée en bleu de France et ornée de ses célèbres bandes blanches, et qui marquera le début de la longue tradition des « petites sportives » Renault, aujourd’hui badgées « Renault sport ». La création de la marque « Alpine », par Jean Rédélé, offrira également des modèles légendaires, qui marqueront la course en rallye.

RENAULT AU CŒUR DE L’HISTOIRE

L’usine Renault-Billancourt, sur l’île Seguin sera ensuite le foyer de la grande grève de 1968, qui aboutira à des évolutions notables en matière d’acquis sociaux et de droit du travail. Dans les années 80, George Besse, le patron de la Régie est assassiné par le groupe anarchiste « action directe ». Raymond Lévy prend alors sa place et entame la privatisation du groupe, dans un contexte économique post choc pétrolier difficile. En 1994, Renault entre en bourse, en 1999, elle s’associe à Nissan. Plus généralement les années 90 marqueront un peu plus la volonté de Renault d’agrandir sa gamme et de s’étendre à l’international, notamment en Amérique du sud, ce que ne viendra que confirmer la décennie 2000, marquée par le partenariat avec Dacia qui donnera notamment la « Logan ». Aujourd’hui Renault est le 10ème constructeur mondial, en volume de production et la marque la plus vendue en France. Renault brille aussi par sa présence en formule 1, qui remonte à 1977, principalement en tant que motoriste, avec 9 titres de pilotes et 10 de constructeurs.

Toutes les adresses et numéros de téléphone des concessions Renault sont disponible sur l’annuaire inversé.

Le groupe emploie aujourd’hui 122 615 salariés. Le président directeur général de Renault est Carlos Ghosn. Le chiffre d’affaires annuel est de 38.9 milliards d’Euros.

 

 


Dirigeants

Dirigeant principal :
Carlos GHOSN BICHARA
Titre : PCA
Date anniversaire : mars-54
Dirigeant(s) : 20
Actionnaire(s) : 17
Filiale(s) : 10
Filiale(s) secondaire(s) : 208

Derniers numéros recherchés pour renault