Australie : Les annuaires inversés

Partager

Un numéro commençant par l’indicatif 0061 n’arrête pas de vous appeler ? Annuaire inversé France peut désormais vous dire qu’il est australien. On vous en dit plus dans l’article suivant.

A qui appartient ce numéro australien ?

À partir du moment où un opérateur téléphonique possède quasiment la totalité des données téléphoniques d’un pays, la voie aux sites d’annuaire inversé semble fermée. Mais il existe des possibilités !

Comment identifierun numéro de téléphone australien ? Suivez les astuces de cette vidéo. 

TELSTRA LEADER SUR LE MARCHE

Malgré le monopole de Telstra, le premier opérateur de téléphonie, des sites essaient tant bien que mal de percer dans le domaine de l’annuaire inversé. On peut souvent atterrir sur des sites qui ont récemment fermé mais quelques-uns survivent encore. On verra que ces sites d’annuaire inversé ont pour la plupart des concepts originaux et certains parviennent d’ailleurs à gagner en popularité.

Telstra.com.au est le premier opérateur téléphonique et le premier fournisseur d’Internet en Australie. De ce fait, il possède presque toutes les données téléphoniques des citoyens australiens. Comme dans la citation suivante, il est dit que ce site interdit l’utilisation de ses données : “Telstra®, à travers son activité subsidiaire Sensis®, a la mainmise sur son annuaire téléphonique, et est très efficace quand il s’agit de supprimer toute opposition qui fait usage de ses données” “Telstra®, through its subsidiaire Sensis®, maintains a stranglehold on its telephone directory service, and has been quite effective at removing any opposition that makes use of its data” Peoplesearch.com.au.

D’autre part, si une personne veut créer un annuaire inversé, elle n’est pas autorisée à utiliser les listes de tous les numéros de téléphones provenant de la base de données intégrée des numéros publics (The Integrated Public Number Database).

Il ne reste donc plus qu’à faire appel à un détective privé si l’on veut connaître l’identité du possesseur d’un numéro de téléphone.

Malgré tout, on peut trouver des sites australiens d’annuaire inversé comme ceux de la liste ci-dessous.

REVERSEAUSTRALIA.COM EST UN ANNUAIRE INVERSE GRATUIT

Il fait usage de la simplicité dans le design tout en restant attrayant. Avec la tête d’un kangourou sympathique qui téléphone au-dessus du champ de recherches, l’internaute entre rapidement en confiance avec ce site d’annuaire inversé.

Le site se décline en deux temps. Dans un premier temps, celui-ci fournit des informations gratuitement qui sont cependant imprécises : plan de Google Maps, adresse, historique du numéro, type de ligne, dernier opérateur téléphonique enregistré, quartier, dernière date (mois) trouvée, autres formats du numéro, statistiques sur la ville en question (genre, ethnie, professions etc.). Dans un second temps, l’internaute doit ouvrir son compte Facebook sur le site de reverseaustralia.com s’il veut accéder à des informations complémentaires. C’est une mesure contre les recherches faites sous l’anonymat afin de lutter le plus possible contre les abus. Il est précisé qu’aucune information des comptes Facebook ne sera utilisée.

REVERSEPHONES.COM.AU EST UN ANNUAIRE PAYANT MAIS QUALIFIE SES RESULTATS

Sur ce site, il est obligatoire d’y posséder un compte si l’on veut accéder à des informations sur un numéro de téléphone. Tout service se monétise par le biais de “crédits”. Par exemple, pour une recherche basique, il faut compter 3 crédits. Il est possible d’acheter des recharges allant jusqu’à 5 000 crédits d’avance, soit 250 $ australiens (191 euros). Autrement, l’utilisateur peut acquérir des crédits pour une durée d’un mois (de 25 à 10 000 crédits). En choisissant un forfait mensuel, il sera automatiquement débité sur son compte de la somme qu’il aura convenue.

Pour ce qui concerne les résultats obtenus, ceux-ci sont des plus simples : nom, adresse, année de validité du numéro.

OZPEOPLETRACE.COM LE « PERDUE DE VUE » DE L’ANNUAIRE

Ozpeopletrace.com s’affiche comme un site gratuit. Il est orienté particulièrement sur les recherches de personnes disparues. D’ailleurs, le haut de la page d’accueil est rempli de nombreuses petites photos de personnes. Cela fait écho aux avis d’appels de recherches émis par la police.

Voici les informations que le site affirme pouvoir fournir à partir d’une recherche inversée :

  • tous les numéros de téléphones répertoriés à une adresse
  • les numéros de téléphone enregistrés de chaque occupant à une adresse
  • l’historique des occupants d’une adresse
  • la liste des résidents actuels d’une adresse
  • les noms historiques ou actuels des personnes possédant un numéro de téléphone
  • l’adresse d’un numéro de téléphone
  • des recherches personnalisées (où il y a un coût additionnel)

Néanmoins, leur base de données ne semble pas aussi large qu’on pourrait l’imaginer. C’est en faisant quelques essais que l’on peut s’en rendre compte, à moins d’être chanceux. Par ses services de recherches portant sur des personnes disparues et ou adoptées, on voit que le site vise explicitement l’affectivité de l’internaute. Pourtant, cela ne semble pas attirer beaucoup de monde puisque les derniers messages libres et gratuits que les internautes peuvent laisser datent de plusieurs années.

ONCLICKDATA.COM PROPOSE SES SERVICES A SES ABONNES

Il s’inscrit également dans le business d’entreprises. Car ici, le but de la recherche inversée consiste à trouver de nouveaux clients. La base de données compte environ 6 millions de contacts. Le coût de l’adhésion est estimé en fonction des recherches mensuelles souhaitées par les entreprises, c’est-à-dire par région australienne. Plusieurs régions peuvent être sélectionnées. L’entreprise ne peut avoir une estimation de ces adhésions seulement une fois qu’elle a rempli le formulaire. Les recherches peuvent être effectuées notamment à partir d’un numéro de téléphone ou d’une adresse.

HELLOSYDNEY.COM LA RECHERCHE SUR SYDNEY

Hellosydney.com appartient à Hellometro.com qui possède lui-même plus de 1 500 sites locaux à travers l’Australie, ce qui lui permet de recevoir environ 4 millions de visiteurs uniques sur ses nombreux sites.

Hellosydney se distingue donc grâce à ses informations locales, aussi bien sur l’actualité que sur l’immobilier et d’autres sujets encore. Ses services s’étendent même aux annuaires des pages jaunes et blanches ainsi qu’à l’annuaire inversé. Après quelques tentatives à partir de numéros de téléphones de particuliers dans le secteur de la ville de Sydney, les recherches inversées se sont malheureusement révélées infructueuses. Alors il est difficile d’avoir une réelle opinion sur ce service. Mais peut-être qu’en entrant d’autres numéros, l’internaute finira par obtenir un résultat. Dans ce cas, il n’a plus qu’à être patient.

Finalement, on voit bien ici que l’activité de l’annuaire inversé sur ce site est loin d’être la priorité. Ce sont surtout les activités de loisirs, les offres d’emploi, les locations qui attirent la plupart des visiteurs.

411PHONEDIRECTORY.COM.AU S’APPUIE SUR SON FORUM DANS L’ANNUAIRE INVERSE

411phonedirectory.com.au a un concept clair : établir un annuaire à partir des numéros de téléphones cités par les internautes. Plus précisément, il s’agit de numéros reçus et qui ont la plupart du temps un caractère commercial. Et comme tout consommateur, personne n’aime être dérangé sur son téléphone aussi bien par sms que par un appel. Une liste de numéros est disponible sur le site et il est possible d’effectuer une recherche en entrant un numéro. Néanmoins, cette base de données semble assez peu étendue, ce qui a sans doute provoqué la chute du trafic de ce site. Les dates les plus “récentes” des derniers messages publics des internautes sont explicites sur ce point juin 2009.

De façon générale, les sites d’annuaire inversé sont le reflet de trois contextes et ou prétextes différents : élargir la clientèle d’une entreprise (très populaire), rechercher une personne disparue et ou adoptée (peu populaire), lutter contre contre les sms et appels non sollicités (peu répandu).

Comme on l’a vu, tenter d’identifier secrètement, anonymement ou librement le possesseur d’un numéro n’est pas accepté en Australie. Bien sûr, il s’agit de respecter la vie privée des gens. Pourtant, dans un monde où d’innombrables données sont collectées en permanence pour être monétisées, on peut se demander si le respect de la vie privée est encore la véritable raison de l’interdiction des annuaires inversés. C’est un débat qui ne sera probablement jamais clos. Quoiqu’il en soit, il faut garder en tête que dans ce pays, il ne faut pas compter sur les sites d’annuaire inversé, aussi bien pour des raisons qualitatives que légales.

COMMENT SAVOIR SI UN NUMERO EST AUSTRALIEN ?

Pour cela il faut connaitre l’indicatif australien qui en l’occurrence est le 0061

De même connaitre les indicatifs locaux vous permettra d’affiner votre recherche. L’annuaire inversé vous donne ces informations Voici les indicatifs locaux d’Australie :

Localité Indicatif
New South Wales (Sydney) et Australian Capital Territory (Camberra) 2
Tasmania (Hobart) et Victoria (Melbourne) 3
Queensland (Brisbane et Cains) 7
Western Australia (Perth), South Australia (Adelaide) et Norther Territories (Darwin) 8

Dès que vous changez d’état en Australie il vous faut composer l’indicatif local avant le numéro de téléphone à 8 chiffres.

Par exemple l’ambassade de France en Australie se situant dans la région d’Australian Capital Territory le numéro de téléphone est 262160100

Comme en France l’Australie à elle aussi ses numéros verts, vous pourrez les identifier facilement car ils commencent tous par le 1 800.

 

Mis à jour le 25/01/2013 à 18:13 | Publié le 17/05/2012

Annuaire inversé des pays d'OCéANIE :

Annuaire inversé des continents :

Articles susceptibles de vous intéresser :

Suivez-nous sur Google+

Suivez-nous sur Facebook

Suivez-nous sur Tweeter