Annuaire || Actualités || Arnaques téléphoniques ou abus || De père en fils, ils escroquaient des prêtres par téléphone
Actualités annuaire inversé

De père en fils, ils escroquaient des prêtres par téléphone

|    Partager

Au nom du père et… du fils !  Kevin Gosse, un homme de 27 ans, a été mis en examen pour escroqueries et falsifications de chèques au Havre. Son délit ? Avoir arnaqué des prêtres en prenant exemple sur son père, un véritable expert de l’escroquerie téléphonique.

 

Il jouait sur la corde sensible Le modus operandi était d’une simplicité biblique. Par téléphone, le jeune homme, qui se faisait passer pour un certain Philippe Métayer, appelait des prêtres dont il trouvait les coordonnées dans l’annuaire. Au bout du fil, il se présentait alors comme un ancien paroissien que le prête était supposé avoir marié dans le passé. « Cela marchait d’autant mieux que les prêtres étaient âgés, et ne pouvaient se souvenir de tous ceux qu'ils avaient unis » souligne un commissaire chargé de l’enquête.
Kevin Gosse prétextait être dans le besoin pour élever ses enfants après le décès de sa femme, et en appelait à la charité chrétienne. Provenant des quatre coins de la France, des chèques ou des espèces sous forme de mandat cash affluaient donc au Havre où l’homme a fini par être coincé par les policiers de la brigade financière. En tout, en près de huit ans, ce sont une cinquantaine d’hommes d’Eglise qui se seraient fait arnaquer pour un préjudice estimé à près de 100 000 euros.

Sur les traces de son père

Le nom de Gosse a rapidement fait « tilt » aux enquêteurs. Et pour cause : Michel Gosse, le père de Kevin, a inauguré l’arnaque aux prêtes dont il a fait la marque de fabrique ! Agé de 60 ans, il a ainsi été condamné au total à 37 années de prison pour des faits à chaque fois identiques, et reproduits à chacune de ses libérations. Pour les justifier, il affirme avoir été abusé à l'âge de 11 ans par un prélat. 

A l’époque, l’escroc avait même mis son fils à contribution de ses arnaques téléphoniques puisque Kevin était notamment chargé de la collecte des fonds frauduleusement acquis. « Mon fils a pris la relève ! » assurait-il lors d'une de ses gardes à vue, selon le quotidien « Paris-Normandie ».

Aujourd’hui placé en détention provisoire, le fils risque, lui aussi, quelques belles années de prison.  Mais pour l’heure, l’enquête se poursuivit. Les investigations révèlent qu’au moins un autre complice aurait agit en retirant l’argent reçu des prêtres. L'individu est recherché par les policiers.


Lisez aussi :


L'arnaque téléphonique aux grands-parents

Les "Jacquelines" victimes d'une arnaque téléphonique

Le gang des cartes SIM

Publié le

Réagir à cet article