Annuaire || Actualités || Smartphone : astuces et services || Combien paierez-vous votre téléphone mobile demain ?
Actualités annuaire inversé

Combien paierez-vous votre téléphone mobile demain ?

|    Partager

La guerre des subventions a commencé... -30%, -50%, voire 1 euro symbolique. Les téléphones portables subventionnés frappent immédiatement les consciences. Puisqu’on vous dit qu’on vous l’offre ! Bon d’accord, vous vous abonnez pour 2 ans mais vous héritez du téléphone de vos rêves. Chez de nombreux consommateurs, l’argument commercial fait mouche. Pourtant cette pratique est de plus en plus dénoncée pour concurrence déloyale par certains opérateurs tels que Free. Quelques fabricants de téléphones poussent toujours d’autres opérateurs à cette pratique qui, sur le plan marketing, est un franc succès commercial. Le consommateur trouvera-t-il encore demain des téléphones subventionnés ou devra-t-il investir dans le prix réel de l’appareil ? Deux philosophies de vente s’affrontent…

 

Les anti-subventions

Fer de lance de la lutte contre les téléphones subventionnés, l’opérateur Free qui vient tout juste d’ailleurs d’attaquer SFR en justice pour concurrence déloyale. Selon l’opérateur, qui est pour le moment le seul à vendre uniquement des abonnements sans proposer d’offres de téléphones mobiles à prix réduits, la pratique est déloyale et fausse le jugement du consommateur. En effet, quand ce dernier achète son téléphone à un prix ridiculement bas, il est victime d’une vente à crédit masquée car au fond il finira par payer le prix réel de l’appareil dans son forfait et pour une durée d’engagement de deux ans minimum. La fidélisation du client passe ensuite par un système attractif de points pour réengager le client au terme du contrat.

Si Free se plaint de cette pratique, ce n’est naturellement pas pour des raisons philanthropiques ou un sens aigu de la protection du consommateur mais bien pour prévenir ces comportements marketing qui excluent toute démarche concurrentielle sur des clients contractuellement engagés pour quelques années. Les associations de consommateurs telle que UFC-Que Choisir dénoncent également ces pratiques commerciales en pointant du doigt les opérateurs qui profitent de l’engagement de leurs abonnés pour continuer à les faire payer alors que ces derniers ont perdu leur téléphone ou l’ont tout simplement cassé.

Les pro-subventions

Parmi les arguments qui ne présentent pas la pratique de vente de téléphones subventionnés comme une technique de vente perfide, se trouve celui de la loi Chatel qui permet aux clients de quitter leur opérateur au bout d’un an moyennant le versement de 25% du prix qu’ils auraient dû payer avant la fin de leur contrat. Les recettes des opérateurs ne sont donc plus aussi manifestes. De plus, certains fabricants de téléphones ne laissent que très peu de marge aux opérateurs sur leurs modèles, à l’image d’Apple qui fait même payer les opérateurs qui utilisent ses produits dans les publicités. Samsung et Google ne sont pas moins agressifs. Pourtant, avec la sortie programmée de l’Iphone 5 d’Apple en septembre, la discussion sur les téléphones subventionnés semble de nouveau se poser. La concurrence est forte et le géant californien compte bien sur les pratiques commerciales de subventions pour s’imposer chez les opérateurs et auprès du grand public. Orange mise sur cette pratique pour récupérer des clients à Free justement.

En pratique, les clients qui possèdent un Iphone se désengagent beaucoup moins que les autres. Une sorte de contrat gagnant-gagnant entre les opérateurs et Apple. Trouverez-vous le prochain Iphone à 199 euros avec abonnement ou devrez-vous débourser immédiatement son prix réel de 510 euros ? Tout dépendra du résultat de la lutte entre Free et les autres grands opérateurs.

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article




Bienvenue sur annuaire-inverse-france.com,
Ce site web utilise des cookies. Les cookies nous permettent de personnaliser et le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse, qui peuvent combiner celles-ci avec d'autres informations que vous leur avez fournies ou qu'ils ont collectées lors de votre utilisation de leur services.
En savoir plus