Annuaire || Annuaire métiers || Professions libérales || Paysagistes (entrepreneurs)

L'annuaire inversé des paysagistes

4.301 paysagistes (entrepreneurs) en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : paysagistes (entrepreneurs)

Annuaire inversé : Paysagistes (entrepreneurs)

Seulement un millier de personnes en France ont le statut très convoité de paysagiste : une profession complète qui consiste en l’aménagement d’espaces publics, touristiques, verts, tout en prenant soin de l’éclairage…

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Vous regardez avec horreur les HLM qui défigurent les banlieues et maltraitent quotidiennement les sens de leurs habitants. Vous haïssez un paysagiste pour des raisons qui vous sont propres? Offrez-lui un week-end dans une tour!

Rien ne peut faire plus de mal à un paysagiste que de l’emmener dans un endroit où tous ses sens seront mis à rude épreuve. Car un paysagiste – comme nom ne l’indique pas ! – ce n’est pas quelqu’un qui s’occupe uniquement des paysages. C’est un professionnel qui recherche la parfaite harmonie dans un espace donné.

Avant que l’annuaire inversé ne vous en dise davantage sur cette profession, n’oubliez pas que vous pouvez retrouver ici-même les coordonnées du paysagiste le plus proche de chez vous. En France, deux écoles délivrent le diplôme de paysagiste. L’École Nationale Supérieure de Paysage, ou ENSP à Versailles et l’École d’Architecture et de Paysage de Bordeaux. Petite présentation d’un métier qui se fond par essence parfaitement dans le paysage !

Qu’est-ce qu’un paysagiste ?

Vous avez déjà entendu parler de la profession, mais êtes-vous bien sûr de savoir ce qu’elle recouvre ? Si vous voulez bien vous prêter à un petit jeu, vous allez comprendre toute la subtilité du métier en quelques minutes. Si quelqu’un vous demande : qu’est-ce qu’un paysage ? Que lui répondriez-vous en quelques mots ? Ne lisez pas la suite avant d’avoir essayé…

… Si vous avez joué le jeu, il est fort à parier que vous aurez opté pour un décor avoisinant celui d’une carte postale. Un grand jardin, une vue sur la mer, une chaîne de montagne… Et vous n’avez pas tort. Sauf que c’est une vision très réductrice d’un métier où la vue n’est pas le seul sens qui soit pris en compte. Un paysage, c’est aussi des odeurs, des sons, la forme d’une fontaine ou l’aménagement d’espaces publics. Et en guise de chef d’orchestre de la vue, du toucher, de l’odorat : le paysagiste, dont le métier consiste à réaliser des travaux d’aménagement paysager sur divers site publics, touristiques, naturels… Systèmes d’irrigation, d’éclairage, plantage d’arbres et arbustes, plans d’eau et entretiens paysagers, la profession occupe plus de 55.000 travailleurs dont seulement un petit millier a le statut de paysagiste.

Paysagiste, une profession au cœur des villes et des campagnes

Le paysagiste, qu’on appelle aussi parfois architecte paysagiste, organise la conception d’un paysage dans différents espaces (jardins, quartiers, communes…) en jonglant avec ses multiples connaissances techniques et culturelles (botanique, électricité, climatologie, génie civil, sociologie, économie…). De ses réflexions dépend notre cadre de vie.

Principale qualité du paysagiste, son sens de l’esthétique. Il intervient pour transformer un paysage parfois de manière radicale que ce soit à l’occasion de la construction d’une route ou l’implantation d’une nouvelle ligne TGV. C’est un véritable expert qui, en plus de l’élaboration de plans détaillés, gère de nombreuses tâches administratives.

Il s’entoure souvent d’autres professionnels pour mener à bien son œuvre. Depuis son bureau ou directement sur le chantier, le paysagiste répartit son temps entre les démarches commerciales, la gestion et les projets d’aménagement à proprement parler. Avec les demandes de plus en plus fortes de l’opinion publique en matière de développement durable, il semble que le paysagiste ait un avenir radieux dans le secteur public, privé ou parapublic. Attention toutefois. Car, faute de protection légale, le statut de paysagiste peut être revendiqué par de nombreux professionnels aux compétences éparses. Tout repose alors sur la confiance que l’on prête au « paysagiste » que l’on convoite. S’il regarde une tour HLM et qu’il glisse un « bon boulot ! ». Peut-être n’aurez-vous pas envie de lui confier votre jardin finalement…