Annuaire || Annuaire métiers || Banques & assurances || établissements financiers

L'annuaire inversé des établissements financiers

2.579 établissements financiers en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : établissements financiers

Annuaire inversé : établissements financiers

Un établissement financier, tel une banque, une société de courtage ou de crédit, fiducie ou investisseur institutionnel, gère vos affaires financières.

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Un établissement financier octroie des crédits, reçoit des dépôts et plus généralement s’occupe d’affaires financières à l’image des banques, des compagnies d’assurances… Normal qu’ils prennent tout pour argent, contents!

Quel est le lien entre Gan assurances, la Banque Populaire, Finaref ou Franfinance  Toutes ces sociétés sont des établissements financiers. Jadis, les établissements financiers étaient essentiellement des sociétés financières et des maisons de titres. Depuis quelques années, le terme englobe toutes les entreprises qui interviennent en matière de finances.

Assurances, banques, mais aussi sociétés de courtage, de fiducie, de crédit-bail ou encore investisseurs institutionnels. Après avoir reçu l’agrément parfois indispensable du Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises d’Investissement, ou CECEI, les établissements financiers peuvent alors financer les projets des particuliers ou des personnes morales, collecter les épargnes…

Pour retrouver en toute simplicité la liste des établissements financiers ou les coordonnées d’une enseigne en particulier, rendez-vous comme toujours sur l’annuaire inversé. Vous pourrez affiner votre recherche en fonction du lieu géographique de votre choix. Panorama d’une profession au cœur de la finance…

Les diverses activités des établissements de finance

Pour avoir l’autorisation de s’adonner à certaines activités financières, les établissements financiers doivent bénéficier d’un agrément spécial et sont soumis à des contrôles très stricts. C’est une dérogation très particulière au sacro-saint principe de liberté du commerce et de l’industrie prôné par les pays occidentaux. La volonté de protection du citoyen et celle de veiller au bon fonctionnement des marchés de capitaux expliquent cette entorse juridique. Toutes les activités financières ne sont pas soumises à l’agrément du CECEI. Il s’agit surtout des activités que l’on qualifie « d’opérations de banques » (collecte de dépôts du public, distribution de crédits, mise à disposition du public de moyens de paiement…) et qui sont exécutées par des personnes morales revendiquant le statut d’établissement de crédit.

Certaines institutions sont exemptées de cet agrément. C’est le cas de la Banque de France, de la Poste et de la Caisse des dépôts et consignations, mais aussi des compagnies d’assurances, notamment.

Les établissements agréés comme sociétés financières ont pour activité essentielle la distribution de crédits et opérations assimilées (crédit-bail, location avec option d’achat…) mais certains sont spécialisés dans l’émission ou la gestion de moyens de paiement (chèques voyages…).

Les lois et règlements d’une part, et les modalités d’agrément d’autre part régissent le champ d’intervention des établissements. Les sociétés financières peuvent recevoir des fonds du public et ont accès au marché interbancaire. À noter, le cas particulier des institutions financières spécialisées, ou IFS, à qui l’État confie des activités spécifiques dans le cadre d’un service public ou de l’intérêt général et qui touchent au financement du développement économique.

Les établissements financiers sous la houlette ou non du CECEI

Toutes les activités financières ne font donc pas l’objet d’un agrément préalable. Souvent, les lois et règlements en vigueur suffisent à encadrer la profession. De plus, la loi bancaire et la loi de modernisation des activités financières ne s’appliquent pas systématiquement à tous les établissements financiers. La remise de chéquiers, apanage des établissements de crédit et assimilés, est une opération, par exemple, exclue du champ d’application de la loi bancaire. Cela exempt ainsi les instituts d’émission, les comptables du Trésor… de tout agrément. Mais quand l’agrément est nécessaire, c’est alors l’objet de la mission du CECEI qui, placé sous le contrôle de la Banque de France, veille aux autorisations et dérogations pour les établissements de crédit et peut retirer, le cas échéant, ces mêmes autorisations.

Pour les établissements financiers, le CECEI intervient auprès des sociétés qui exercent une ou plusieurs activités connexes aux opérations de banque ; qui prennent des participations dans des entreprises effectuant des opérations de banque… Difficile d’entrer dans les détails à moins de s’adresser aux seuls férus de finances mais dans ce cas, rien ne vaut mieux pour eux que la lecture d’une bonne loi bancaire avant d’aller se coucher…