Annuaire || Annuaire métiers || Santé || Centres médicaux et sociaux, dispensaires

L'annuaire inversé des centres médicaux et sociaux

4.458 centres médicaux et sociaux, dispensaires en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : centres médicaux et sociaux, dispensaires

Annuaire inversé : Centres médicaux et sociaux, dispensaires

Médecins, puéricultrices ou psychologues travaillent au sein des centres médicaux et sociaux ou des dispensaires dans la même direction : prévenir, conseiller et orienter…

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Que l’on parle de centre médical et social ou de dispensaire, le principe majeur sur lequel repose cet édifice de solidarité nationale est celui de la gratuité. Une philosophie partagée par l’annuaire inversé à votre service.

Les dispensaires sont des établissements de santé où les patients sont soignés gratuitement. Les centres médicaux et sociaux, ou centres médico-sociaux (CMS), sont, pour leur part, des institutions qui interviennent auprès des familles dans le cadre d’un service personnalisé. Les centres médicaux sociaux ou les dispensaires peuvent relever du secteur public ou du secteur privé. Quand le dispensaire dépend de la Mairie, on parle alors de dispensaire municipal ou de centre municipal de santé.

Fondamentaux dans une société solidaire, ces prestations sont gratuites et s’adressent principalement aux personnes les plus fragilisées. Si vous recherchez l’adresse des centres médicaux et sociaux, le numéro du dispensaire proche de chez vous, l’annuaire inversé constitue toujours le bon réflexe ! Introduction à deux institutions distinctes dans leur compétence mais proches dans leurs objectifs.

Les centres médicaux et sociaux, le soin de l’esprit

Les centres médico-sociaux sont des établissements qui regroupent de nombreux professionnels afin de porter assistance aux familles qu’ils reçoivent de la manière la plus large possible. Parmi les professionnels de santé qui travaillent au quotidien dans les centres médico-sociaux, on relève les médecins de la protection maternelle et infantile, les puéricultrices, les sages-femmes, les psychologues, les éducateurs spécialisés, les assistantes sociales… Tous interviennent en matière de prévention et de dépistage et prodiguent des conseils afin d’aboutir à une orientation médicale et sociale efficace.

Pour tous les CMS existe un guichet unique gratuit auquel les bénéficiaires peuvent s’adresser à tout moment surtout dans les périodes particulièrement sensibles qu’ils traversent (expulsion, IVG, accompagnement de grossesse…). Gratuits, les CMS préservent aussi le secret professionnel qui entoure les patients. Dans le cadre particulier du handicap, les CMS sont répartis entre instituts médico-éducatif (IME), instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP), établissements pour polyhandicapés, instituts d’éducation sensorielle et établissement pour enfants et adolescents qui ont un handicap moteur (IEM).

Les dispensaires, le soin du corps

Les dispensaires sont donc les établissements de santé au service des plus démunis. La plupart des cabinets médicaux sont tenus par des médecins généralistes ou des spécialistes. Le reste relève d’associations diverses. C’est dans ce cadre que s’inscrit le centre médical dispensaire. Ouverts aux indigents principalement, les dispensaires sont gratuits et offrent à leurs patients les soins médicaux dont ils ont besoin.

Toute commune a pour obligation d’héberger au moins un centre de santé, dispensaire ou hôpital, dans son périmètre d’intervention. Cela garantit la présence d’un centre de soin à tous les citoyens proche de leur domicile. Dans tous les dispensaires, les bénéficiaires ont accès aux consultations généralistes, au planning familial et aux centres de protection maternelle et infantile. Institutions de soins, les dispensaires n’entrent pas en concurrence avec les CMS mais proposent des prestations complémentaires.

Avec l’évolution du marché des soins, il faut prendre garde à la terminologie moderne. Les dispensaires stricto sensu sont ceux qui viennent d’être décrits. Mais il existe aussi des associations ou établissements qui prennent le nom de dispensaires et qui répondent aux besoins contemporains de soins naturels. Ces professionnels, à l’image du dispensaire du Val de Drôme, s’adressent heureusement également aux personnes qui ont des difficultés économiques. Une attitude louable quand on connaît la vocation première des dispensaires traditionnels : la solidarité pour tous !