LES ANNUAIRES INVERSÉS D'OCéANIE

Partager

LES TELECOMMUNICATIONS EN OCEANIE : UN MARCHE SPECIAL

Quand on aborde le secteur des télécommunications, l’Océanie est une zone géographique particulièrement disparate. On peut en effet noter un taux de pénétration de plus de 40% pour la téléphonie fixe et de plus de 110% pour la téléphonie mobile en Australie et Nouvelle-Zélande, tandis que les archipels épars de la zone comptent à peine quelques milliers de lignes. Les atolls de Tuvalu ne comptent par exemple qu’un total de 4000 lignes, fixes et mobiles confondues. Un comble quand on sait que le nom de domaine qui leur est associé (.tv) a rapporté des millions de dollars au pays et que les nouvelles technologies sont donc les investisseurs directs des infrastructures des Polynésiens !

Exception faite des Fidji, de la Nouvelle Calédonie et de Vanuatu, la possession d’une ligne téléphonique reste encore à l’heure actuelle une exception sur la plupart des îles océaniques.

On compte trois principaux opérateurs téléphoniques en Australie et en Nouvelle-Zélande : Telstra, Vodafone et Optus. Telstra est l’opérateur historique, avec une bonne couverture réseau mais les tarifs sont plus élevés, tandis que Vodafone affiche des tarifs compétitifs avec un réseau encore lacunaire. Optus se situe quant à lui entre les deux, avec un bon rapport qualité/prix.

TRES PEU D’ANNUAIRES INVERSES SUR LE CONTINENT OCEANIQUE

Le continent océanique est composé d’une multitude de petites îles, raison pour laquelle nous nous focaliserons pour le moment sur les annuaires de deux pays majeurs en termes de téléphonie : l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

La situation des télécommunications en Australie étant en position de monopole, il est très difficile de s’implanter dans le domaine des annuaires inversés. Cependant reverseaustralia.com, un annuaire gratuit, et reversephones.com.au, un annuaire payant, y sont parvenus. Grâce au Kangourou du site reverseaustralia.com, il est possible de trouver gratuitement à qui est un numéro de téléphone fixe ou mobile, qu’il s’agisse d’un professionnel ou d’un particulier australien. Sur le plus neutre annuaire reversephones.com.au, on peut voir gratuitement si le numéro est dans la base de données mais pour obtenir des informations complémentaires, il faut s’acquitter d’une somme pouvant aller de 1 à 9 dollars australiens. L’Australie dispose d’un annuaire communautaire 411phonedirectory.com.au très pratique, avec des informations utiles, qui recense tous les numéros à caractère commerciaux et dont il faut se méfier.

La situation en Nouvelle-Zélande n’est guère meilleure pour les annuaires inversés car le pays a une législation assez stricte sur la diffusion des données personnelles. Le seul annuaire permettant d’identifier un numéro de téléphone est personlookup.co.nz qui répertorie plus de 8 millions de numéros de téléphone fixes néo-zélandais. Le site phonespamfilter.co.nz recense toutes les plaintes faites sur un numéro de téléphone ; donc en faisant la recherche sur ce site, on peut voir si un numéro est fiable ou non.

Mis à jour le 03/12/2012 à 13:57 | Publié le 30/11/2012
Australie Australie Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Afrique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Amérique Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Asie et Moyen Orient Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe Europe