Actualités annuaire inversé

Vers le téléphone portable obligatoire en voiture!

|    Partager

Le téléphone portable n’a pas attendu le projet de loi européen pour se tailler la part du lion dans le marché économique contemporain. Présent, voire omniprésent dans nos vies, la possession d’un mobile va même devenir une obligation légale en 2015 avec l’introduction en Europe du système eCall dont il existe quelques explications imagées – en anglais – actuellement sur Internet. Conçu au sein de la Commission européenne, le principe de l’eCall n’est pas dépourvu de tout fondement. L’enjeu est de renforcer la sécurité routière et de permettre une intervention plus rapide des premiers secours en cas d’accidents graves. Comme toujours en matière de lois, les pros et les contres ne manquent pas d’arguments pour encourager ou mettre en garde contre cette nouvelle disposition juridique.

Découvrez eCall

Du smartphone au very-smartphone !

L’eCall n’a pas pour dessein, bien entendu, de rendre obligatoire le téléphone portable traditionnel dans les véhicules. Responsables de nombreux accidents, les smartphones restent toujours interdits dans les voitures sauf en kit mains libres.

Le système eCall n’est autre que la technologie du mobile appliquée uniquement à la sécurité routière. En cas d’accident sérieux, les capteurs du système eCall situés à différents endroits stratégiques du véhicule (pare-chocs, airbags…) composent automatiquement le numéro d’urgence européen : 112.

Grâce à la géolocalisation, les équipes de sauvetage peuvent retrouver rapidement la voiture accidentée et ses passagers mêmes dans des zones où en l’absence d’eCall le véhicule serait resté bien plus longtemps isolé de toute aide extérieure. Lorsque le conducteur et les passagers sont inconscients, on voit immédiatement mieux en quoi le dispositif peut permettre de réagir plus rapidement et de sauver potentiellement des vies. Plus de 2.500 selon les chiffres prévisionnels de la Commission européenne.

Smartphone ou too-smartphone… ?

Si l’intelligence du système n’est pas à remettre en cause, que penser de son intrusion dans les vies privées ? Ce n’est pas tant le coût supplémentaire d’environ 100 euros qu’il occasionne que les risques de voir un nouveau mouchard s’introduire dans les voitures qui pose problème. Comment résister à la tentation pour les autorités de s’en servir pour vérifier les excès de vitesse, par exemple. Certains évoquent déjà l’introduction progressive de la « boîte noire » des avions dans les voitures ! Les assurances se jetteront aussi sans doute sur le procédé pour limiter leurs remboursements ou renégocier les primes en fonction des causes de l’accident… La CNIL a du pain sur la planche en tout cas pour limiter les utilisations abusives.

Lisez aussi :

Connaissez-vous les numéros d’appels d’urgence en France?

Des applications pour apprendre à conduire

L’iPhone et le secteur automobile

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article