Actualités annuaire inversé

Une antenne relais près de chez vous

|    Partager

Quand il s’agit de consommer, les utilisateurs de téléphones portables que nous sommes ne sont pas les derniers. Mais sommes-nous prêts toutefois à mettre notre santé en danger au nom du progrès ? Avec la multiplication des antennes-relais, nous assistons parallèlement à une hausse significative des signaux électriques et électromagnétiques. Sujet encore délicat tant il est compliqué de savoir ce qui se cache réellement derrière ce phénomène. Quel est le prix à payer lors de nos innombrables « tchats »… sur des toits brûlants ?

Les dangers des antennes-relais

Le phénomène d’antennes-relais n’est pas nouveau. Les premières antennes apparaissent en France à la fin des années soixante avec les premiers téléphones dans les voitures. Depuis, le nombre d’antennes est considérable et atteint presque les 160.000 stations en France et 1,5 million dans le monde.

S’il y a des dangers, il est plus que temps de commencer à se poser des questions. Parmi les principaux symptômes dénoncés, certaines associations dénoncent les troubles du sommeil, la fatigue excessive, les maux de tête… Inodores, silencieuses et invisibles, ces ondes électromagnétiques sont difficilement appréhendables. Des expériences menées sur des rats ont montré la corrélation entre les antennes de relais et la perturbation du sommeil des rongeurs. Outre les problèmes de santé, on a relevé, en Italie notamment, que les antennes-relais créent des interférences avec les réseaux de la TNT depuis la mise en service des émetteurs 4G.

Certains consommateurs peuvent ignorer les problèmes de santé auxquels ils s’exposent mais accepteront-ils de sacrifier leurs programmes de télévision favoris ? Rien n’est moins sûr…

Encadrer les antennes-relais

Face au vide juridique entourant la question, les écologistes font des propositions de lois. La dernière en date, celle de Leila Aïchi, sénatrice d’EELV, réclamant de limiter le voltage et le déploiement des antennes. Contrairement aux 4 grands opérateurs téléphoniques (Orange, Free, SFR et Bouygues Telecom), les élus écologistes souhaitent une baisse des seuils d’exposition aux ondes, mais aussi une meilleure information des populations et une mutualisation des équipements par les opérateurs quand cela est possible.

En l’absence de lois pour contraindre les opérateurs à obtempérer, les collectivités locales disposent parfois de quelques arguments. À Paris, par exemple, les mairies ont déjà menacé les opérateurs pressés d’installer des réseaux 4G de ne pas leur ouvrir d’espaces pour les poser sur les bâtiments publics. Si l’on ajoute les associations d’utilisateurs, le combat contre les antennes ne manque pas de relais…

Et vous, que diriez-vous d’une antenne sur votre propre toit ?

Lisez aussi :

> Kit mains libres : avantages & inconvénients...

> Dormir avec son téléphone portable...

> Le smartphone: un risque pour la santé ?

> Pour être heureux, éteignez votre téléphone portable !

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article