Actualités annuaire inversé

Un nouveau téléphone portable ? Ça vous coûtera 60 rats

|    Partager

Johannesburg, capitale de l’Afrique du Sud, compte 4 millions d’habitants pour plusieurs millions de rats. Un chiffre qui pourrait faire sourire, ou simplement grincer des dents, s’il n’était pas représentatif de graves problèmes d’hygiène.

Johannesburg, infestée par les rats

La ville a une composition suffisamment disparate pour y voir les quartiers riches jouxter les bidonvilles. Parmi les quartiers insalubres, celui d’Alexandra connaît un problème ayant à nos oreilles des consonances moyenâgeuses : une infestation de rats. Au milieu des piles de déchets non traités d’une population dépassant les 3.000 habitants par kilomètre carré, les rongeurs prolifèrent. A tel point que les autorités en sont réduites à des moyens de lutte pas très orthodoxes….

En mars dernier, suite à une initiative municipale, les écoles ont été pourvues de familles de chouettes. Une solution eco-friendly qui a pourtant rencontré de nombreuses résistances de la population locale puisque selon les croyances traditionnelles les chouettes sont des animaux maléfiques. Alors, que faire ? Et bien, la nouvelle idée de Lifeline, une association caritative qui travaille localement sur le terrain depuis plusieurs années, c’est d’inciter la population à participer à la dératisation. Pour ce faire, ils ont pris contact avec la firme de téléphonie mobile 8ta qui s’est engagée à leur côté à fournir un nouveau téléphone portable à toute personne leur présentant 60 rats, morts ou vifs, dans une des cages mises à disposition par la municipalité. Joseph Mothapo, résident du township, a ainsi déclaré au journal The Guardian avoir déjà remporté deux téléphones portables et compter en obtenir un pour chaque membre de sa famille.

Une stratégie payante

En réalité la mairie ne se contente pas d’embaucher ses citoyens, puisque chaque personne ramenant une cage doit leur signaler l’endroit où les rats ont été attrapés afin que des agents municipaux puissent aller y procéder à une fumigation.

Des milliers de rats ont ainsi déjà été tués, ce qui a fait réagir quelques associations de défense des animaux sur les réseaux sociaux. Des associations qui ne semblent pas prendre une juste mesure du problème auquel se confrontent les habitants de Johannesburg, car comme l’a déclaré Julie Moloi, une conseillère municipale : « Nous craignons que ces rats ne s’emparent d’Alexandra et la transforment en une ville de rats ».

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article