Actualités annuaire inversé

ResearchKit: la plateforme qui bouleverse le monde médical

|    Partager

Ce n’était pas la nouvelle la plus attendue de la conférence tenue par Apple le 9 mars denier. Mais elle n’en a pas moins crée la surprise quelques minutes avant que la marque ne dévoile sa montre connectée. Tim Cook, le PDG de l’entreprise californienne, a annoncé le lancement d’une nouvelle plateforme d’applications. Son nom ? « ResearchKit ». Son objectif ? Aider le monde de la santé et la recherche médicale. Voici comment :

A quoi sert la plateforme « ResearchKit » ?

Pour résumer, cette nouvelle plateforme doit aider les médecins à rassembler un maximum de données auprès de patients volontaires sans qu’ils n’aient besoin de bouger de chez eux. Grâce à des applications dédiées à chaque maladie, les utilisateurs peuvent enregistrer leurs symptômes heure par heure, jour par jour, qui aideront ensuite au diagnostic de pathologies, au traitement et à la guérison.

Cinq applications dédiées à la santé connectée sont déjà disponibles sur la plateforme « ReseachKit ». Elles sont consacrées à la maladie de Parkinson, aux maladies cardiovasculaires, à l’asthme, au diabète et au cancer du sein. D’autres applications pourraient faire leur entrée avant le lancement de la plateforme en avril prochain aux Etats-Unis puis dans les autres pays. A noter qu’elle sera compatible avec tous les iPhone à partir de l’iPhone 5.

Comment fonctionnent les applications ?

Après avoir téléchargé une application sur leur smartphone, les patients devront entrer une série d’informations personnelles. Parmi les données collectées, il y notamment le poids, la taille, la pression artérielle, la glycémie… Les utilisateurs pourront ensuite réaliser quelques exercices simples en utilisant par exemple le micro du téléphone afin de tester son élocution ou encore l’accéléromètre pour mesure son équilibre. Bien sûr, les patients devront également compléter des questionnaires créés par des médecins et des chercheurs.

Seul bémol de cette nouvelle plateforme ? Si les informations recueillies par « ResearchKit » sont privées, elles ne sont pas nécessairement en sécurité. Apple est d’ailleurs resté très discret sur la question. Pour l’heure, on sait simplement que les utilisateurs pourront choisir quelles études ils veulent rejoindre, quels types d’informations ils souhaitent partager et sur quelle application. Espérons que le flou autour de la sécurité soit vite levé par le numéro un de la téléphonie mobile.

 

Lisez aussi : 

Avez-vous choisi votre smartphone traitant ?

Smartphone : un danger pour la santé ?

L'abus de téléphone portable est dangereux pour le cerveau

Publié le

Réagir à cet article