Actualités annuaire inversé

Quand France Télécom (des)embauche !

Bonne nouvelle : France Télécom embauche ! Mauvaise nouvelle : Orange supprime des emplois ! Information contradictoire ? Non, simple constat selon le type de salariés visé. Si certains peuvent espérer trouver un emploi dans les prochains jours chez l’opérateur historique, d’autres risquent de le perdre tout comme c’est déjà le cas chez d’autres opérateurs téléphoniques à l’image de SFR qui pourrait supprimer plus de 2.000 emplois. Profession en crise ou profession en pleine mutation ?

Concurrence et perte d’emploi chez France Télécom

Pour les syndicats, la situation chez France Télécom est catastrophique puisque l’opérateur de téléphonie mobile est sur le point de supprimer plus de 5.000 emplois. Situation tendue, surtout en termes d’image, pour une entreprise qui a connu une vague de suicides il y a quelques temps, et qui tente par tous les moyens d’enrailler le processus. Pour le moment, France telecom qui représente près de 70% des emplois de la filière, ne semble pas s’engager sur les incitations aux départs volontaires comme c’est le cas chez Bouygues Telecom ou SFR. Les syndicats se plaignent surtout du non renouvellement des postes pour de nombreux salariés qui partent à la retraite. Si on ajoute les emplois non renouvelés pour d’autres causes de départ des salariés, les syndicats évaluent à 10.000 le nombre d’emplois nets qui sont susceptibles de disparaître. La CFDT va jusqu’à évoquer le chiffre de 30.000 en prenant en compte tous les départs prévus d’ici à 2020 !

Et pourtant, France Télécom embauche !

Selon le côté de la pièce que l’on regarde, la situation de l’emploi chez France Télécom n’est pas totalement désespérée. La direction annonce même l’embauche prochaine de 4.000 personnes en CDI. Le PDG de l’opérateur historique, Stéphane Richard, insiste sur la volonté du groupe de préserver l’emploi malgré le contexte de crise. L’arrivée brutale de Free sur le marché n’est pas étrangère aux mouvements de restructurations salariales des gros opérateurs téléphoniques. L’espoir des salariés repose finalement sur l’effet de sablier renversé. La perte de salariés chez l’un se compense par le gain chez l’autre. Après tout, Free a de l’ambition. Et l’ambition nécessite de la main d’œuvre…

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article




Ninon Posté le
L'hécatombe chez France Télécom continue ! Pas étonnant vu leurs méthodes de management ! C'est peut-être mieux ailleurs... chez Free par exemple ?