Actualités annuaire inversé

Le Facebook phone : info ou intox ?

|    Partager

Jusqu’à présent, Facebook est toujours apparu auprès des opérateurs de téléphonie mobile davantage comme un partenaire sérieux que comme un futur concurrent. N’ayant pas d’exploitation mobile propre, Facebook a souvent choisi la coopération, notamment avec Orange. La société travaille par exemple de concert avec les opérateurs pour faciliter le paiement depuis une application web mobile. Pour contrer les multiples assauts de Google et Apple, pour ne citer que les plus gros, Facebook n’a jamais négligé l’ouverture que lui procurent les opérateurs de téléphonie sur le réseau. Pourtant la rumeur subsiste. Facebook serait sur le point de lancer le Facebook phone. Si l’information est avérée, comment les opérateurs de téléphonie classiques, et en particulier SFR et Sosh très actifs sur Facebook, géreront-ils à l’avenir leur relation client ? Facebook jouera-t-il toujours un jeu neutre ou privilégiera-t-il son propre service client ? Convaincus et sceptiques partagent leur opinion sur le web. Facebook et les opérateurs resteront-ils « friends » ?

Les beni-oui-oui

Pour certains analystes, le nouveau Facebook phone est en marche. Son arrivée ? 2013. Son terrain de jeu préféré : celui des smartphones. Facebook est-il atteint de la maladie moderne des géants d’Internet, celle de la diversification à tout crin ? Derrière ces manœuvres, un allié, le développeur de smartphones coréen, HTC. Pour les puristes, Facebook s’appuierait sur le modèle de l’iOS 5 d’Apple, ce qui pourrait justifier le récent recrutement d’ingénieurs de Big Apple et le rachat d’Instagram, l’application de partage de photos. 50% des utilisateurs de Facebook se connectent depuis leur mobile. On comprend mieux l’enjeu de la bataille. Si la société s’engage dans cette voie, il faudra qu’elle mette en place un système ingénieux de publicité contextuelle pour générer des revenus. Ce n’est pas encore gagné. Avec son entrée en bourse mouvementée, Facebook n’a pas encore convaincu les actionnaires de la prétendue rentabilité de son application. Les utilisateurs de Facebook sont très divers et certains se méfient également des velléités constantes d’intrusion de l’enseigne. Confier les clés du web à un seul géant, n’est-ce pas une manière de faire du livre de Georges Orwell, 1984, une réalité tangible ?

Les beni-non-non

Les analystes qui ne croient pas une seconde au Facebook phone se basent sur une déclaration. Pas la moindre, certes. Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, dément lui-même la rumeur. Le PDG de la société indique que Facebook est l’application la plus utilisée sur toutes les plateformes mobiles et l’idée de développer un tel téléphone n’a « pas vraiment de sens ». L’objectif de Facebook est d’augmenter le nombre de ses utilisateurs et intégrer plus en profondeur les systèmes mobiles. Facebook parle même d’écosystème, principal objectif du groupe. Si les ultra fans de Facebook ne « likeront » peut-être pas le futur téléphone de la société, ils ont eu tout de même la possibilité de sacraliser leur réseau social préféré quand celui-ci a créé en 2011 avec HTC, les HTC Chacha et THC Salsa. Deux fiascos commerciaux retentissants où le bouton Facebook, en plein milieu des appareils, faisait figure de farce. Au pire, ces HTC serviront de smartphones collectors pour les amoureux de la marque. Au mieux, ils auront permis à Facebook de penser à tourner sa communauté sept fois dans son réseau avant de se lancer sur un tel terrain.

 

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article