Actualités annuaire inversé

Free Mobile part à la conquête des Etats-Unis 

|    Partager

Xavier Niel a trouvé son nouveau terrain de jeux : les Etats-Unis. Illiad, la maison-mère de Free, est intéressée par le rachat de T-Mobile US, le quatrième opérateur américain qui appartient aujourd’hui au géant des télécoms allemands Deutsche Telekom. Le groupe français aurait fait une offre audacieuse à 15 milliards d’euros pour prendre le contrôle de l’opérateur outre-Atlantique.

Pourquoi Free Mobile veut partir à l’assaut des Etats-Unis

Pour un opérateur téléphonique européen, les Etats-Unis représentent un véritable eldorado. En effet, avec seulement quatre acteurs pour un marché de 320 millions d’habitants, les US font figure de paradis face aux 140 opérateurs en Europe et ses 500 millions d’habitants. 

En s’attaquant au marché américain, Free Mobile espère donc dégager des profits bien plus élevés qu’en France. En effet, du fait de la concurrence soit moins élevée aux Etats-Unis, les opérateurs dégagent des marges proches de 50 %, nettement supérieures à celles de l’Europe. Mieux, la facture moyenne mensuelle par abonné dépasse les 100 dollars (soit environ 74 euros) contre 16 euros en moyenne en France !

En engrangeant un maximum d’argent, Free pourra ainsi continuer à développer son réseau en France et pourquoi pas, financer le rachat de Bouygues Telecom, l’opérateur français en difficulté financière depuis quelques mois.

Qui est l’opérateur T-Mobile US ?

Si Free s’intéresse autant à l’opérateur T-Mobile US, ce n’est pas un hasard. Comme Illiad, l’opérateur américain a mis en place une stratégie de rupture avec ses concurrents en pratiquant des tarifs très agressifs. Un choix qui s’avère payant puisque T-Mobile US a gagné plus de 4 millions de clients en dix-huit mois alors qu’à sa création, il y a cinq ans, personne ne pariait sur cet opérateur qui ne proposait pas d’iPhone dans son catalogue.

Depuis le début de l’année, il propose même de rembourser les frais de résiliation à tous ceux qui souhaitent quitter leur opérateur pour le rejoindre. Au final, la facture moyenne d’un abonné tourne autour de 50 dollars, contre plus du double pour les clients des opérateurs ATT ou Verizon.

En désirant racheter T-Mobile US, Free Mobile confirme sa volonté d’être un acteur de taille sur le marché de la téléphonie internationale. Reste à savoir si l’entreprise de Xavier Niel gagnera son bras de fer contre Sprint, le deuxième prétendant au rachat de l’opérateur américain.

 

Lisez aussi :

L'histoire de Free

Free tire la couverture

La trop grande liberté de Free

Publié le

Réagir à cet article