Actualités annuaire inversé

Free et SFR, frères ennemis ?

|    Partager

Free et SFR sont-ils voués à devenir des frères ennemis ? C’est une question qu’il parait légitime de poser à la vue des dernières actualités qui les concernent. Les opérateurs téléphoniques renouvellent en effet leurs attaques mutuelles au moyen de gigantesques campagnes publicitaires financées par… les consommateurs, et ce au moment où des rumeurs de filiation entre les deux firmes circulent sur le net.

Free et SFR se rapprochent

Le 29 octobre dernier, le site internet des Echos publiait un article au sujet de l’éventuel rapprochement de SFR et de Free, respectivement filiales des géants Vivendi et Iliad. A noter que les rumeurs concernant SFR, ce n’est pas ce qui manque sur la toile les dernier temps, entre les soupçons de rapprochement avec Numericable et ceux du rachat de SFR par le milliardaire Naguib Sawiris. Il faut dire que Vivendi est écrasé par une dette abyssale et doit impérativement trouver le moyen de faire rentrer de l’argent dans ses caisses, et que l’union Free-SFR pourrait rapporter gros aux deux opérateurs, en les situant comme principal groupe français de téléphonie.

« Passe-moi ton mobile, j’ai pas de réseau. »

Et pendant ce temps-là, les publicitaires de Free et de SFR continuent à se tirer dans les pattes. Après les campagnes de Free insistant sur la bêtise des consommateurs restant fidèles aux opérateurs historiques (celui qui n’a pas Free n’a rien compris), le dernier né des grands opérateurs n’a pas hésité à carrément piquer l’actrice du précédent spot de SFR pour les décrédibiliser face caméra, moins d’un an plus tard.

Dernière pique en date, c’est SFR qui rétorque avec une série d’affiches papier agressives se moquant du manque de couverture réseau de son concurrent, avec comme slogan :

« - T’as Red ?

- Oui.

- Passe-moi ton mobile, j’ai pas de réseau. »

Une campagne amusante, certes, mais nécessaire ? Car il ne faut pas oublier que tout cela se fait aux frais d’un consommateur qui, s’il se retrouve client d’un conglomérat Free-SFR, ne tardera pas à pâtir de la non-concurrence résultant de cette union.

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article